OpenStack est un des projets phares qui se cache derrière le concept du cloud computing. Son installation manuelle n’est pas simple et OpenStack a souvent la réputation d’être une usine à gaz car le projet se compose de multiples modules. Il existe quelques solutions pour tester ses développements ou simplement « jouer » avec OpenStack et satisfaire sa curiosité sans prise de tête.

La première solution est d’utiliser DevStack dont la vocation est de servir exclusivement dans le cadre de tests ou de développements. Il s’agit d’un script permettant de déployer facilement une infrastructure OpenStack selon ses besoins. L’idée est d’utiliser une machine virtuelle dans laquelle est déposée DevStack en récupérant le dépôt sur GitHub. À l’aide d’un fichier (local.conf), il est possible de définir les modules à activer (Neutron, Heat ou autres) et de paramétrer plus finement son installation. Ainsi, le déploiement OpenStack se fait automatiquement en quelques minutes. Vous aurez alors à disposition tous les outils d’OpenStack (APIs, CLI…).

La seconde solution est encore plus simple en utilisant le service TryStack. Il s’agit d’un cloud basé sur OpenStack et à disposition gratuitement pour les utilisateurs en faisant la demande. Nul besoin d’avoir ses propres serveurs ou d’installer des machines virtuelles. Cette infrastructure est également destinée dans le cadre de tests, car les objets créés par les utilisateurs sont supprimés au bout de 24 h seulement. Vous avez à votre disposition des ressources limitées en termes de nombre d’instances possibles, de VCPUs, d’ip flottantes, etc. Les services sont également limités puisque par exemple, le module d’orchestration Heat n’est pas présent et que vous n’aurez bien sûr pas accès aux nœuds sur lesquels sont installés les modules d’OpenStack. En revanche, vous pourrez utiliser les APIs sans problème.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation